Allez au numéro  I-1  I-2  I-3  I-4  I-5  II-1  II-2  II-3  II-4  II-5  II-6

Radical Software, Volume I, numéro 5
Realistic Hope Foundation,
printemps 1972


Cliquez sur la couverture pour accéder aux pages

Ce numéro a paru au moment où les membres de la Raindance Foundation se séparaient, et personne ne savait comment Raindance évoluerait, voire si elle survivrait. Cette incertitude transparaît dans l’essai « The Raindance Story » au début du magazine. Le Videofreex, un collectif vidéo connexe, avait réussi son entrée au pays et d’autres s’apprêtaient à faire de même. Les politiques en matière de financement du New York State Council on the Arts rendaient désirable une diaspora vidéo. Michael Shamberg était engagé dans un nouveau projet, TVTV, qui lui vaudrait une attention nationale. Megan Williams et lui ont fini par déménager en Californie. Les Evenson ont déménagé à Downsville, New York, et ont conçu leurs propres projets indépendants. Schneider et Korot se sont retrouvés avec la Raindance Foundation et ont déménagé à Ruby, New York, pas loin de Woodstock, bien qu’ils conservaient un pied-à-terre à New York.

Il s’agit du premier numéro entièrement conçu en format magazine, comme l’avaient exigé Gordon et Breach, les éditeurs qui avaient finalement accepté d’imprimer et de distribuer Radical Software. C’est aussi le seul numéro pour lequel Beryl Korot, une des fondatrices de Radical Software, n’est pas corédactrice ou corédactrice en chef.

C’est plutôt Michael Shamberg qui partage la responsabilité éditoriale avec Dudley Evenson. Les premières pages de ce numéro de Radical Software portent d’ailleurs la griffe de Dudley et de celle de son conjoint Dean Evenson. Sous la catégorie « Networks and other Natural Systems », on trouve une liste d’articles portant sur des sujets comme le système nerveux (il faut se rappeler que Dean Evenson était microbiologiste), des questions spirituelles, la science-fiction d’Olaf Stapledon, Yogananda, les rythmes alpha, la rétroaction soma vidéo et d’autres sujets biologiques, personnels et spirituels.

La seconde section, « Ecological Literacy », comprend un article de Gregory Bateson. Bateson, un anthropologue, comptait beaucoup pour Frank Gillette, fondateur de Raindance, et son ami Paul Ryan, qui le connaissaient personnellement. Bateson était si influent au sein des penseurs médias de l’époque, qu’il mérite une mention spéciale.

Bateson a fait des travaux importants en anthropologie et a aussi beaucoup écrit dans d’autres domaines. À son avis, la survie humaine dépend de la compréhension de la dynamique de l’interaction des êtres humains entre eux, leur environnement et leur histoire. Il attachait beaucoup d’importance aux études médiatiques et y appliquait des principes écologiques. Il était, aux yeux d’un grand nombre des premiers activistes vidéo, un penseur novateur brillant qui a ébauché de nouveaux domaines de connaissances.

 

 
COPYRIGHT © RADICAL SOFTWARE 2003 TOUS DROITS RÉSERVÉS